De l’IMT d’Évry au laboratoire de microbiologie

MATHILDE TONDU
Technicienne qualité en microbiologie à l'usine Dior Parfums

À 19 ans : un BTS Bioanalyses et contrôles en poche

À l’âge de 19 ans, avec mon BTS Bioanalyses et contrôles en poche, j’ai voulu me spécialiser et augmenter mes chances de travailler un jour dans l’industrie cosmétique. J’ai découvert le Groupe IMT après quelques recherches sur Internet.

 

2018 : en formation TSPCI à l’IMT d’Évry

Convaincue, j’ai suivi en 2018 une formation de technicienne supérieure en pharmacie et cosmétique industrielles (TSPCI) à l’IMT d’Évry. Au fur et à mesure du programme, j’ai découvert les industries cosmétiques et pharmaceutiques. Nos formateurs nous ont apporté de précieux conseils grâce à leur expérience industrielle et leur connaissance du terrain. J’ai bénéficié d’un suivi personnalisé pendant la formation et le stage, mais aussi en post-formation : cela m’a permis de prendre confiance en moi. Je remercie les formateurs du Groupe IMT d’avoir cru en nous et de nous avoir soutenus. Merci de m’avoir ouvert les portes de l’industrie cosmétique.

 

2019 : une première expérience concluante

De mai à septembre 2019, j’ai effectué mon stage au sein de l’usine Dior, basée à Saint-Jean-de-Braye dans le Loiret (45). Cette usine produit tous les parfums, soins et maquillages Christian Dior à destination du monde entier. Ma mission était, principalement, la qualification de performance d’un équipement de cytométrie de flux pour détecter des micro-organismes viables. Ce fut une expérience très enrichissante ! Après avoir validé le titre TSPCI, j’ai poursuivi plusieurs missions d’intérim chez Dior Parfums. Aujourd’hui, à l’âge de 22 ans, j’ai signé un CDI au sein de l’usine
Dior à Saint-Jean-de-Braye. J’y exerce en tant que technicienne qualité en microbiologie. Je suis en charge de l’arrivée des échantillons, des dilutions, de la préparation et de l’analyse des produits cosmétiques. Je contrôle également la traçabilité des produits, la filtration de l’eau ainsi que des prélèvements de l’environnement du laboratoire et de la zone de production. De plus, je suis responsable des prélèvements d’air et de surfaces. Je forme ainsi mes collègues sur cette mission.

 

Et à l’avenir ?

Je souhaite tout d’abord me perfectionner dans mon domaine. Et d’ici à 10 ou 15 ans, je voudrais m’orienter vers un poste en microbiologie au sein du service recherche et développement.

Extrait du magazine Passerelles 78, pour consulter le magazine complet, cliquer ici.