Karen Lemasson, Directrice RSE et Open Innovation Laboratoires Expanscience

Prospectives

« Être B Corp fixe le cap d’une stratégie durable. »

Karen Lemasson pilote depuis dix ans la démarche de responsabilité sociétale des Laboratoires Expanscience, certifiés B Corp depuis deux ans pour leur impact positif sur la société et l’environnement. Une démarche pionnière d’innovation et de progrès continu dans le secteur pharmaceutique, qui passe aussi par l’expérimentation de voies d’avenir plus coopératives et solidaires face à l’urgence des défis planétaires.

Comment définir votre vision d’entreprise ?

Karen Lemasson : Nous considérons qu’il est de notre devoir de prospérer en conciliant développement économique, social, sociétal et environnemental. En tant que B Corp, nous avons ainsi inscrit dans nos statuts notre engagement à avoir un impact sociétal et environnemental positif et significatif dans le cadre de nos activités. Notre ambition n’est pas d’être la meilleure entreprise « AU monde » mais « POUR le monde » : le crédo des sociétés B Corp. Cela implique de se questionner sur l’entreprise que l’on veut être demain, d’adapter son business model, de non seulement réduire au maximum nos impacts négatifs, mais surtout d’en créer des positifs. C’est aussi travailler différemment, initier de nouvelles solidarités et nouveaux partenariats, pour aller plus vite et innover de manière responsable. Notre engagement volontaire, le dialogue avec nos parties prenantes et l’innovation ouverte sont des atouts incroyables pour y arriver.

Mais travailler autrement, est-ce vraiment possible ?

K. L. : De belles solidarités se sont créées pendant la pandémie : citoyennes, du système de santé, de territoires… Être dépassé par certains enjeux permet aussi de travailler ensemble différemment, d’être plus efficaces et de trouver des solutions notamment grâce à l’open innovation. Un exemple est la création de la Coalition Innovation Santé – Crise Sanitaire avec France Biotech, France Digitale, MedTech in France, à laquelle nous avons participé aux côtés d’acteurs de santé publics et privés. Son objectif est d’accompagner des start-up, PME et ETI dont les solutions innovantes permettent de maintenir à domicile le parcours de soins de patients atteints d’une maladie chronique. C’est avec ce même esprit que nous collaborons avec des start-up depuis cinq ans pour proposer des offres plus utiles et meilleures pour l’environnement.

Jusqu’où concrètement va la démarche chez Expanscience ?

K. L. : La RSE est totalement intégrée à notre stratégie, irrigue nos métiers, les cahiers des charges de nos innovations…

Par exemple, pour nos actifs cosmétiques d’origine végétale développés par notre Centre IR&D, nous avons une logique de sobriété et de circularité. 64 % de notre catalogue est déjà issu de la réutilisation de déchets végétaux (upcycling). Et pour aller plus loin dans l’écoconception et faire évoluer les usages, nous testons le vrac en ce moment dans deux pharmacies avec notre marque Mustela afin d’initier, aux côtés des parents, de nouveaux modèles de consommation. Mustela s’est par ailleurs engagée à atteindre la neutralité carbone en 2030 ! Un engagement fort que nous avons pris avec 500 autres B Corp lors de la COP 25. La crise est-elle l’opportunité de redonner sens aux organisations ?

K. L. : Elle questionne nos organisations en profondeur. Qu’il s’agisse de leur utilité, de leur capacité à créer de la valeur et à apporter un vrai « plus » à la société, de nouvelles manières de travailler, de collaboration externe pour accélérer les réponses aux enjeux que l’on ne peut adresser seul. Le modèle économique d’après guerre a changé. Qui aurait prédit que des groupes hôteliers seraient un jour challengés par des plateformes communautaires ? Une organisation plus légère, agile et réactive est un atout dans le changement.

Une ligne de conduite à partager pour l’avenir ?

K. L. : Il est important de redonner du sens avant tout à son business model, en associant l’économique, le social et l’environnement. Avec comme grands axes : l’utilité, la cohésion sociale et l’impact positif, voire réparateur, qu’une entreprise peut apporter au monde qui l’entoure. Il ne faut pas hésiter à questionner ses pratiques et s’ouvrir. Le dernier point est de mobiliser tout son écosystème vers le changement !

100 % des nouveaux produits Mustela sont écoconçus depuis 2010.

EN SAVOIR +

www.bcorporation.fr

Du marketing aux modèles innovants de RSE

Après dix ans dans le marketing, Karen Lemasson se spécialise en RSE au travers d’un mast.re spécialisé en management du développement durable à HEC Paris. Convaincue qu’à terme  « les business models devront être vertueux », elle conduit les trois vagues d’engagements d’Expanscience en matière de RSE : depuis 2009, au Better Living Program de 2015 à 2020, et au futur programme. horizon 2040, que l’entreprise coconstruit avec ses parties prenantes et ses collaborateurs sur le principe de la Convention citoyenne pour le climat. Il y a cinq ans, elle a lancé une démarche d’open innovation au service des enjeux RSE d’Expanscience. Elle a géré la certification B Corp pour le Groupe et ses 16 filiales en 2018. Membre du comité de direction, elle porte au plus haut la stratégie de responsabilité sociétale d’Open innovation Laboratoires Expanscience.

 

 

Propos recueillis par Marion Baschet-Vernet.

Découvrez plus d’articles Prospectives dans notre magazine Passerelles 75.