Une reconversion réussie dans la production aseptique

Graziella Lefrançois
Technicienne de production en zones aseptiques chez Elaiapharma - Lundbeck (Alpes-Maritimes - 06).

Graziella Lefrancois Parcours IMTiste
©DR

@Graziella Lefrançois

2014 : diplômée de l’OTPCI à l’IMT de Val-de-Reuil

En 2014, après une première expérience professionnelle en industrie pharmaceutique puis un congé maternité, j’ai assisté à une information collective organisée par Pôle emploi. L’IMT de Val-de-Reuil y présentait son accompagnement et ses formations, dont l’OTPCI qui m’a tout de suite plu ! J’ai donc commencé ma formation d’opératrice technique en pharmacie et cosmétique industrielles (OTPCI) en 2014, au sein de l’IMT de Val-de-Reuil (27) où j’ai appris beaucoup de choses.

Lors de mon cursus, je me suis rendue à l’IMT de Tours pour effectuer des mises en situation professionnelle, et notamment produire une crème, faire des émulsions, mais aussi effectuer du conditionnement. J’ai réalisé, par la suite, que le Groupe IMT est reconnu dans le secteur de l’industrie.

2015-2016 : technicienne de production en zones aseptiques

Pendant ma formation OTPCI, j’ai effectué mon stage chez Sanofi Pasteur à Val-de-Reuil (à 20 minutes de Rouen), en tant que technicienne de production en zones aseptiques.
En 2015, à la suite de mon stage et de ma formation, Sanofi Pasteur m’a embauchée en CDD, pour une période de 12 mois, au même poste. Une réelle opportunité professionnelle !
En 2016, j’ai signé un CDI à Lille au sein du LFB en tant que technicienne de production chargée du lavage des flacons. J’y suis restée un an, car pour des raisons personnelles, je souhaitais rejoindre le sud de la France.

2017 : premier CDI chez Elaiapharm – Lundbeck

En 2017, je signe un CDI en tant que technicienne de production en zones aseptiques au sein du laboratoire pharmaceutique Elaiapharm – Lundbeck, basé à la technopole de Sophia Antipoli, à Valbonne. Ma mission est de fabriquer les produits (de l’acide hyaluronique en format injectable ou bien des adjuvants de vaccins), les filtrer et les répartir dans différents formats de flacons. Le fait de travailler en zones aseptiques demande une certaine rigueur. Il faut avoir une parfaite connaissance des bonnes pratiques de fabrication (BPF), et supporter une tenue stérile (sous-tenue, combinaison, sur-bottes, goggle, masque et deux paires de gants) afin d’éviter tout risque de contamination microbiologique. De manière ponctuelle, je travaille dans un atelier chargé de l’emballage et du contrôle de l’environnement des produits. Aujourd’hui, j’ai un niveau d’expert dans mon domaine et je forme mes collègues en zones aseptiques.

« Aujourd’hui, j’ai un niveau d’expert dans mon domaine et je forme mes collègues en zones aseptiques. »

Et à l’avenir ?

J’ai la volonté, d’ici deux à trois ans, de devenir coordinatrice au sein de mon entreprise afin de gérer l’organisation, le planning et la logistique d’un service.

 

Article du magazine Passerelles 79, pour consulter le magazine complet, cliquez ici.