La crème solaire : de sa conception à la mise en tube

Formez-vous aux métiers de production de l’industrie cosmétique grâce au cursus TSPCI du Groupe IMT. (©Dev’up Centre-Val de Loire – Philippe Montigny)
Formez-vous aux métiers de production de l’industrie cosmétique grâce au cursus TSPCI du Groupe IMT. (©Dev’up Centre-Val de Loire – Philippe Montigny)

À tout moment de l’année, elle protège notre peau des rayons ultraviolets (UVA et UVB) du soleil. La crème solaire fait partie de ces produits cosmétiques qu’on ne peut oublier lorsqu’on s’expose, sous peine de désagréments bien connus. Pourtant, d’après une étude dévoilée par la FEBEA (Fédération des entreprises de la beauté) et réalisée par l’institut de sondage OpinionWay datant de 2021, 4 français sur 10 n’appliquent pas suffisamment, voire pas du tout, de crème solaire.

 

L’ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament) et des produits de santé contrôle les produits. Pour ce faire, elle vérifie leur efficacité et leur qualité ainsi que leur sécurité d’emploi. En fonction des résultats des essais cliniques, elle délivre, ou non, une autorisation de mise sur le marché.

Après nous être intéressé au processus de fabrication d’un médicament dans un précédent article, abordons la production de la crème solaire par l’industrie cosmétique.

La fabrication d’une crème solaire

Entrons dans les coulisses d’un site de production. Après de longs mois de recherche et d’essais cliniques autour de la formulation de la crème solaire, il est temps de passer à sa fabrication.

Les opérateurs(trices) de pesée des matières premières sont les premier(e)s à entrer en piste. Ils ou elles préparent les ingrédients nécessaires et vérifient leurs dosages. Ici, des filtres minéraux.

Ensuite, vient le tour des technicien(nes). Ils ou elles sont chargé(e)s de mélanger les matières premières en utilisant les équipements adaptés. La tâche n’est pas si simple. Quand on doit mettre au point un produit sous forme semi-solide comme la crème solaire, il faut parvenir à obtenir la bonne texture grâce à l’émulsion.

Enfin, si le résultat final correspond parfaitement à celui souhaité, la substance créée est versée dans des milliers et des milliers de tubes. C’est l’étape de conditionnement.

Toutes ces missions sont, bien sûr, réalisées dans le respect des règles en vigueur comme la norme ISO 22716.

Découvrez un secteur passionnant !

Vous aussi, vous souhaitez travailler dans l’industrie cosmétique ? Alors, découvrez les formations TPCI (Technicien en pharmacie et cosmétique industrielles) et TSPCI (Technicien supérieur en pharmacie et cosmétique industrielles) du Groupe IMT en cliquant ici et ici !

Article rédigé par Scenent.